Cinq livres à lire pour apprécier Violette Anthémis

Violette Anthémis est une série de livres — ou plus précisément de nouvelles — érotiques écrit(e)s par-dessus la jambe. C’est à dire exactement comme nous l’avons voulu. Certes, nous pourrions nous cacher derrière un tas d’arguments fallacieux. L’écriture automatique vient assez facilement à l’esprit.
Ça serait malhonnête, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Cinq livres de chair

La vérité, c’est que Violette Anthémis puise son inspiration dans le caniveau de la littérature. Des blogs d’adolescents esclaves de leurs hormones déchaînées à l’exploitation des frustrations d’un public en mal de frissons. Forcément, ça laisse des traces.
Mais Violette Anthémis n’est pas qu’un ramassis ordurier… Si. En fait, si, c’est exactement ce que c’est. Non, ce que nous voulons dire, c’est que nous insultons aussi de vrais livres au passage. Ainsi que des pages reliées qui ne méritent pas ce nom.

C’est promis, nous n’allons pas vous présenter que des merdes.

L’Affaire Jane Eyre, 2 004 (The Eyre Affair, 2001), de Jasper Fforde

L'Affaire Jane Eyre. Roman de Jasper Fforde
L’Affaire Jane Eyre.
Livre de Jasper Fforde

Jasper Fforde a été une influence monumentale sur nous tous depuis la découverte de sa série Thursday Next (ainsi que l’ensemble de son œuvre, soyons honnêtes).

Dans ses livres, Fforde mélange habilement wit, humour anglais, écriture impeccable et fluide, construction torturée qui désoriente le lecteur sans jamais le perdre, une culture impressionnante et tellement d’autres éléments que c’est à se demander comment il fait.
Vous trouvez Le Trône de fer (A Song of Ice and Fire) complexe parce qu’il y a de nombreux protagonistes ? Essayez de démêler l’univers de La Tyrannie de l’arc-en-ciel (Shades of Grey). Nous en reparlerons après.

Toutefois, nous avons retenu le roman L’Affaire Jane Eyre, car c’est généralement le livre par lequel le public découvre Jasper Fforde. Il est également très bon, ce qui ne gâche rien. Et il pose les bases d’un univers incroyablement riche et complexe.

Sans âme, 2 011 (Soulless, 2009), de Gail Carriger

Sans âme. Livre de Gail Carriger
Sans âme.
Livre de Gail Carriger

Les romans de bit-lit font des ravages depuis pas mal d’années déjà. Disons que c’est une mode durable. Une mode qui a produit un sacré paquet de merdes qui n’ont de mordantes que le nom. Mais la bit-lit a également enfanté son lot de parodies plus ou moins réussies.
La série Le Protectorat de l’ombrelle (Parasol Protectorate) va puiser dans tous les genres qui tombent sous la main de Carriger avec une seule idée en tête : distraire.

Sans âme parvient à être à la fois crétin et malin. À mélanger finesse et tartes à la crème. C’est guindé, débridé, référencé et très british (même si le livre nous arrive des colonies).
Comment ne pas craquer lorsque dans Sans âme, le premier livre de la série, l’héroïne est agressée par un vampire et s’indigne avant tout de son manque de grâce sociale ?

Cinquante nuances de Grey, 2012 (Fifty Shades of Grey), de E. L. James

Cinquante nuances de Grey. Livre d'E. L. James
Cinquante nuances de Grey.
Livre d’E. L. James

Après deux séries de livres soit excellents, soit sympathiques, il est temps de balancer l’étron : si Violette Anthémis est née du déchiffrage navrant d’un tas de fictions adolescentes, la lecture en diagonale de Cinquante nuances de Grey fut fondatrice.
Que dire dessus qui n’a pas déjà été maintes fois martelé ? Qu’il faut vraiment aimer souffrir ? Avoir une vie de merde ? Les deux ?

C’est bien simple : six ans après l’avoir lu le bouquin, Dead Woman Sonia en ricane encore bêtement lorsqu’on évoque le titre. DM JM a commencé le livre en français avant de passer à la version originale en blâmant la traduction : à tort. Après quoi ils mentirent tous les deux à Dead Man Paul, histoire de l’inciter à le lire, refusant d’être les seuls à avoir subi une telle merde.
Bonus, les films sont aussi indigestes que les livres.

St. Trinian’s, de Ronald Searle

St. Trinian's. De Ronald Searle
St. Trinian’s.
Comics strips de Ronald Searle

Oui, DM JM a découvert les comic strips des chipies de Ronald Searle absolument par hasard. Découverte qu’il a partagée avec Dead Woman Sonia.

St. Trinian’s, c’est un pensionnat pour jeunes filles où règne l’anarchie. Wikipedia résume très bien la chose : « On y apprend à maquiller des voitures, fabriquer de l’alcool et des explosifs, en langue on apprend à faire l’innocente en espagnol, il y a aussi des cours de vaudou, de gestion de la colère avec des pistolets et mitraillettes et bien d’autre chose. »
Il serait dommage de passer à côté des films, même s’ils sont souvent trop anglais pour le public français. Du moins, pas l’anglais que les Français apprécient.

Le Standinge selon Bérurier, 1965, de Frédéric Dard

Le Standinge selon Bérurier. Roman de Frédéric Dard
Le Standinge selon Bérurier.
Livre de Frédéric Dard

San-Antonio, bien entendu !
On ne peut pas parler de littérature égrillarde en France sans parler de Rabelais ou de San-A. Nous adorons Rabelais, mais San-Antonio correspond plus au projet.

Nous avions le choix entre La Sexualité et Le Standinge selon Bérurier. Étrangement, c’est le second qui prévaut : il est plus insolent et décalé. Et Dard s’appuie sur de la « littérature » concrète pour faire n’importe quoi. Du pain béni.

À vos écrans, vous avez des livres à lire !

Vous pouvez foncer chez vos libraires et commander quatre de ces cinq séries de livres (nous vous laissons deviner laquelle est le vilain canard). Si vous avez un poil de goût, vous devriez vous régaler.

Pour le reste, DM JM possède sur disque dur des pages et des pages de fictions écrites entre 1997 et 2005, et publiées sur différentes plateformes. Le pire y côtoie l’atroce. Nous n’avons pas la même notion du passé simple. C’est un véritable bonheur.
Voici un extrait d’un blog dédié à Tokyo Hotel, encore en ligne en septembre 2018 : «Bon pour ceux qu’il veulent que je lit leur fiction veuiller laisser vos lien sur se blog qui est le lien est ici ».
Lien qui pointe vers une page dont les premières lignes sont : « 
Bienvenu sur mont blog vous trouverez des photos de moi j’espère vous voir bien tôt deçut. Les montage sont tousse fait par moi mes si vous voulez que je vous en fait un je le ferai un comme ceux que je fait. Voici mont blog de fans de th et nous de groupie lien ici ».

Imaginez des récits entièrement écrits comme ça ! C’est un peu comme voir Lady Gaga essayer de jouer à la télévision ou au cinéma.
Même si la plupart de ces pépites ont probablement disparu de l’Internet (il faudrait sans doute éplucher l’Internet Archive à l’aveugle), nous ne doutons pas que la toile regorge d’autres merveilles.

 

Dead-Men

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *