Anne of the Indies (1951), la flibustière qui n’a jamais mis les pieds aux Antilles

Anne of the Indies (1951, Jacques Tourneur) - poster du film

Article écrit avec l’infortunée participation nocturne de Dead Man Paul.

Depuis quelques années que nous planchons d’une manière ou d’une autre sur le roman de piraterie Dead Men’s Tales, nous avons vu un paquet de films sur la piraterie et les pirates. Certains bons, d’autres mauvais. Anne of the Indies () de Jacques Tourneur conserve une place de choix dans…

Comment ? Pardon ? Nous avons déjà utilisé cette accroche dans l’article The Black Swan (1942) : la goutte d’eau qui fait déborder les Caraïbes ? Ben oui, mais Anne of the Indies a influencé le personnage principal de Dead Men’s Tales, tout de même.

Ah, ça aussi, nous l’avons déjà dit…

Continuer la lecture de « Anne of the Indies (1951), la flibustière qui n’a jamais mis les pieds aux Antilles »

The Black Swan (1942) : la goutte d’eau qui fait déborder les Caraïbes

Affiche du film The Black Swan (1942, Henry King)

Article écrit avec la participation matinale de DM JM.

Depuis quelques années que nous planchons d’une manière ou d’une autre sur le roman de piraterie Dead Men’s Tales, nous avons vu un paquet de films sur la piraterie et les pirates. Certains bons, d’autres mauvais. Anne of the Indies (1951) de Jacques Tourneur conserve une place de choix dans nos cœurs. Au point d’avoir influencé le personnage principal de Dead Men’s Tales. En revanche, The Black Swan (1942) de Henry King occupe la position opposée.

Continuer la lecture de « The Black Swan (1942) : la goutte d’eau qui fait déborder les Caraïbes »

Fermeture de l’eBook store de Microsoft : un cas d’école d’une arnaque

Le magasin d’eBooks de Microsoft a fermé ses portes de . Vous y aviez acheté des livres ? Et bien c’est tant pis pour vous ! À partir de , vos livres numériques ne seront plus disponibles à la lecture, même si Microsoft précise que vous obtiendrez un remboursement complet.

Continuer la lecture de « Fermeture de l’eBook store de Microsoft : un cas d’école d’une arnaque »

Où l’on cause une fois de plus de Dead Men’s Tales

Logo de la saga Dead Men

Dimanche, quelque chose est arrivé concernant Dead Men’s Tales. Quelque chose qui m’a mis du baume au cœur.

L’œil vide et la bouche grande ouverte, je consultais les nouvelles du week-end avant de commencer à travailler sur les péripéties des pirates. Comme la perspective de passer de nombreuses heures dans une documentation ardue ne m’enthousiasmait guère, je prenais tout mon temps, laissant à mon cerveau le loisir de se mettre en branle.

Je pondérais mollement l’inanité d’un certain président d’une certaine République (dont je tairai le nom pour ne pas embarrasser madame Trogneux Macron ex-Auzière) lorsqu’une notification attira mon attention défaillante.

La page produit pour Dead Men’s Tales venait d’être créée.

La page produit pour Dead Men’s Tales

Je suis immédiatement allé voir, forcément.

Page produit pour le roman Dead Men’s Tales
Le brouillon de page produit pour le roman Dead Men’s Tales

Bon, il ne s’agit que d’un brouillon en mode privé, elle est loin d’être terminée. Et pire, les informations sont bancales. Mais là n’est pas la question. Après toutes ces années à ramer contre la marée sur la saga Dead Men, cette simple vision a rendu l’aventure soudain très concrète.

Et par les divinités qui ont les faveurs des Hommes en ce moment, ça fait du bien !

La pâte à fougasse (métaphore)

C’est qu’il y a quelque chose d’un peu déprimant à toujours revenir à la même chose. Depuis trop longtemps, ma principale vision de Dead Men’s Tales s’est résumée à une série de dossiers et de documents LibreOffice. Et là, en quelques jours, deux choses sont arrivées :

  • j’ai terminé la première partie ;
  • le brouillon de la page produit est apparu.
Plan de travail pour Dead Men’s Tales
Plan de travail pour Dead Men’s Tales

C’est la métaphore de la pâte à fougasse de Dead Woman Sonia (ne vous inquiétez pas, moi non plus je n’avais aucune idée de ce dont elle parlait sur le moment). On malaxe la pâte sans fin, et elle colle aux doigts jusqu’au dernier moment. Ce n’est qu’une fois le doute proprement installé qu’elle décide de prendre une texture convenable.

Mise au point concernant Dead Men’s Tales

Alors non, nous ne sommes pas à deux ou trois jours du lancement du roman. Tant s’en faut. Mais moralement, une étape vient d’être franchie. Car à partir de maintenant, pour DM JM, je serai catalogué systématiquement comme « en retard ».

Concrètement, environ un tiers du roman est écrit. Ce tiers est corrigé à 90 %. Il reste donc un sacré paquet de pages à réaliser et à corriger. Une fois ce sacré paquet de pages réalisé et corrigé, il y aura une relecture complète. Après quoi, Dead Men’s Tales sera officiellement terminé.

En attendant, je suis joie.

Dead Man Paul