Komodia : contrôle parental et cheval de Troie

Violette Anthémis est un site qui s’adresse à un public adulte. Pour cela, nous engageons nos lecteurs à être responsables, ce qui passe entre autres choses par le déploiement de solutions de contrôle parental.


C’est la raison pour laquelle nous trouvons le comportement d’une société comme Komodia totalement inacceptable.


Komodia et l’interception des flux

Mettre en danger nos utilisateurs en les incitant à protéger leurs têtes blondes ou violer sciemment la vie privée des gens, entre ces deux méfaits nos cœurs balancent. Komodia a trouvé la solution pour satisfaire tout le monde en fournissant déployant une technologie « permettant d’intercepter les flux chiffrés en SSL et d’y insérer des publicités non sollicitées. Pour faire cela, Komodia s’appuie sur un certificat racine auto-signé qui lui permet d’usurper l’identité de n’importe quel site accessible en connexion HTTPS (ndlr : connexions web sécurisées par chiffrement des échanges). » (source : 01net)

Cette technologie se retrouve notamment dans plusieurs solutions de filtres parentaux (Kuripira, Qustodio), d’outils de surveillance réseaux (StaffCop), de logiciels d’anonymisation (Easy Hide IP), de’antivirus comme (Lavasoft Ad-Aware Web Companion), etc.
Cette technologie se retrouve donc dans de nombreux logiciels et suites, certaines destinées à protéger l’utilisateur.

Komodia, douteuse et pas futée


Komodia, une société douteuse et pas très futée

Komodia est une société israélienne se donnant une image de professionnalisme et qui présente bien. Son PDG Barak Weichselbaum de déclarer : « Ma plus grande vision est de créer un monde où les enfants peuvent surfer sur Internet en toute sécurité, et je fais en sorte que cette vision se réalise« .
Bref, du beau foutage de gueule.
Surtout lorsque l’on connait la piètre qualité de sa technologie d’interception. Le même certificat est très souvent utilisé, judicieusement protégé par le même mot de passe komodia. Un cas d’école sur tous les tableaux.

« D’accord, merci pour l’avertissement. Et maintenant, je fais quoi ? »

La seule chose censée à faire : évaluer si oui ou non vous êtes infectés.
Pour cela rien de plus simple. Rendez-vous à cette adresse et suivez les indications. Si el site vous renvoie un « YES« , alors vous avez un problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *